L’Accorderie

Historique

Née en 2002 au Québec, l’Accorderie est un concept solidaire qui vise à lutter contre la pauvreté et l’exclusion et à favoriser la mixité sociale.

Il repose sur un principe simple et original : proposer aux habitants d’un même quartier de se regrouper pour échanger entre eux des services, sur la base de leurs savoir-faire et ce sans aucune contrepartie financière.

Concrètement, un membre (Accordeur) qui effectue, par exemple, une heure de dépannage informatique se voit attribuer un crédit de temps qu’il peut ensuite utiliser comme bon lui semble pour obtenir l’un des services proposés par d’autres Accordeurs de son quartier.

 

Cette nouvelle forme de solidarité, qui favorise la mixité sociale sur un territoire donné mais répond aussi aux besoins de personnes en situation de pauvreté ou d’isolement, a connu immédiatement un grand succès au Québec, donnant naissance au Réseau Accorderie du Québec en 2006 et à trois nouvelles Accorderies.
En 2011, les Accorderies investissent le territoire français. En effet, Le Réseau Accorderie du Québec et la Fondation Macif ont conclu un partenariat pour le développement d’un réseau d’Accorderies en France. La convention entre les deux partenaires a prévu la transmission à la Fondation Macif de la propriété intellectuelle du concept et des outils de gestion pour le territoire français. Ainsi, la Fondation Macif devient le garant de la philosophie initiale du projet et des valeurs qui lui sont associées.

L’implantation progressive de ce concept commence par le démarrage de deux Accorderies, à Paris (19ème arrondissement) et à Chambéry (Savoie) en 2011. Dans un contexte socio-économique difficile où la tentation du repli sur soi est forte, l’Accorderie s’est imposée par son fonctionnement humaniste et sa capacité à recréer du lien social et de la convivialité.

Ces valeurs de solidarité sont fondamentales pour la Fondation Macif qui développe, soutient et accompagne des programmes relevant de l’innovation sociale en France et à l’international.

Qu’est ce qu’une Accorderie ?

Une Accorderie vise à lutter contre la pauvreté et l’exclusion en renforçant les solidarités entre des personnes d’âges, de classes sociales, de nationalités et de sexes différents.

Une Accorderie développe, par l’échange de services et la coopération, les conditions d’une amélioration réelle, et au quotidien, de la qualité de vie de tous ses membres, les Accordeurs.

Ces derniers ont accès aux services des membres de « leur » Accorderie locale, ainsi qu’aux activités collectives d’échange , soit à des services d’intérêt général qui s’adressent à l’ensemble des Accordeurs.

Une Accorderie œuvre dans le monde de l’économie sociale et solidaire, en proposant un système économique alternatif reposant sur la création d’une nouvelle forme de richesse. Une richesse collective et solidaire qui s’appuie essentiellement sur le potentiel des membres de toute la communauté. Une communauté, où trop souvent, les citoyens les plus pauvres sont jugés non productifs, car occupant un emploi mal rémunéré et étant exclus de la spirale de la surconsommation.

Une Accorderie fait plutôt le pari qu’il est possible de créer cette richesse collective et solidaire en se basant sur la contribution de tous les membres de la communauté. Une Accorderie, c’est une façon démocratique et organisée de construire une alternative au système économique dominant, avec ce qu’il comporte d’inégalités, et d’entrer dans la spirale sympathique d’un réseau qui concrétise sa croyance que le monde peut fonctionner autrement, en ne laissant personne de côté, et qu’il est possible de produire et de consommer autrement.

Permanences Aix les Bains :

Chaque mercredi matin 10h-12h : 932 boulevard Lepic, Résidence Joseph Fontanet, Aix les bains

le site de l’accorderie: http://www.accorderie.fr/

tricoteuses de l'Accorderie

En 2015, un point relais de l’accorderie de Chambéry s’est ouvert à Aix. Après un an de fonctionnement, elle compte plus de 80 membres.

Trois d’entre eux ont bien voulu parler de leur expérience dans cette association.

Hélène : « J’ai connu l’association par une amie et je participe aux permanences du mercredi matin. J’apprécie l’état d’esprit qui règne, la convivialité, de nouvelles connaissances sans a priori. L’association est dynamique : il est organisé des ateliers auxquels je participe : atelier tricot, conversation anglaise, marche à la recherche de plantes comestibles…. J’offre mes services : covoiturage, accompagnement de personnes âgées et j’ai pu bénéficier de services par un accordeur : l’installation d’étagères. J’aime me retrouver avec d’autres accordeurs à des animations collectives : repas partagés…. »

Marie-Louise : confirme les dires d’Hélène et rajoute : « J’aime l’énergie que dégagent les membres de l’association. Des idées de rencontre fusent et se réalisent ».

Josette : « J’ai accepté d’être référente avec Christian pour l’Accorderie d’Aix et je voudrais faire connaître l’association aux élus, aux autres associations, aux particuliers de toutes catégories sociales pour qu’elle se développe. La richesse humaine que l’on rencontre à l’intérieur doit se diffuser pour créer du lien dans la ville et ses environs. J’oeuvre pour qu’il ait d’autres permanences et que se mettent en place de nouvelles coopérations entre tous.  Venez voir ce qui se passe à l’Accorderie d’Aix. Chacun a des richesses à apporter et chacun peut recevoir beaucoup.  Pour moi, tricoteuse, l’évidence est de créer du lien.