Lire Claude Pujade-Renaud

Claude Pujade-Renaud

Nouvelliste et romancière, Claude Pujade-Renaud a reçu le grand prix de la Société des gens de lettres en 2004. Elle a publié la quasi-totalité de son œuvre chez Actes Sud.

En écrivant à la première personne, elle s’incarne dans la vie des auteurs et fait de leur vie un véritable roman. Le  lecteur comprend ainsi leur démarche. Superbe!!!

Tout dort paisiblement, sauf l’amour

Tout dort paisiblement, sauf l'amour

En 1855, aux Antilles danoises dont son époux est le gouverneur, Regine Olsen apprend la disparition de Søren Kierkegaard qui l’aima avec ferveur et rompit leurs fiançailles. Séparée de ces événements par un océan et quinze années, bien que mariée et heureuse, elle ne cesse de s’interroger : de quelle difficulté à vivre Kierkegaard souffrait-il, pourquoi une étrange malédiction semble-t-elle peser sur sa famille ? Au fil des ans, des décennies, de retour à Copenhague, Regine poursuit sa quête dans ses lectures, ses souvenirs, ses échanges avec un neveu et une nièce du disparu, cependant que grandit la renommée de ce dernier.
Nourri notamment des journaux et de la correspondance de Kierkegaard, ce roman à plusieurs voix explore les dimensions tout à la fois poétiques et tragiques d’un penseur qui ne se voulait pas philosophe et chérissait les arbres, les chevaux, les oiseaux et Mozart. Un personnage énigmatique qui tour à tour se révèle et se dérobe à travers ce tissage entre l’existence et l’oeuvre.

Les femmes du braconnier

C’est en 1956, à Cambridge, que Sylvia Plath fait la connaissance du jeune Ted Hughes, poète prometteur, homme d’une force et d’une séduction puissantes. Très vite, les deux écrivains entament une vie conjugale où vont se mêler création, passion, voyages, enfantements. Mais l’ardente Sylvia semble peu à peu reprise par sa part nocturne, alors que le « braconnier  » Ted dévore la vie et apprivoise le monde sauvage qu’il affectionne et porte en lui. Bientôt ses amours avec la poétesse Assia Wevill vont sonner le glas d’un des couples les plus séduisants de la littérature et, aux yeux de bien des commentateurs, l’histoire s’achève avec le suicide de l’infortunée Sylvia. Attentive à la rémanence des faits et des comportements, Claude Pujade-Renaud porte sur ce triangle amoureux un tout autre regard. Réinventant les voix multiples des témoins – parents et amis, médecins, proches ou simples voisins -, elle nous invite à traverser les apparences, à découvrir les déchirements si mimétiques des deux jeunes femmes, à déchiffrer la fascination réciproque et morbide qu’elles entretiennent, partageant à Londres ou à Court Green la tumultueuse existence du poète. L’ombre portée des oeuvres, mais aussi les séquelles de leur propre histoire familiale – deuils, exils, Holocauste, dont elles portent les stigmates -, donnent aux destins en miroir des « femmes du braconnier » un relief aux strates nombreuses, dont Claude Pujade-Renaud excelle à lire et révéler la géologie intime.

Lire Ketil Bjørnstad

Ketil Bjørnstad

Ketil Bjørnstad

Je me suis laissée emporter par sa trilogie qui décrit le parcours douloureux du jeune adulte passionné de musique.

une description des sentiments, des doutes, de sa passion de la musique rend ses livres d’une intimité incroyable dans laquelle on peut se reconnaître.

Ketil Bjørnstad est un compositeur et écrivain norvégien

sa bibliographie:

  • La Société des Jeunes Pianistes
La Société des Jeunes Pianistes, c’est le nom que s’est donné un groupe d’adolescents passionnés, à Oslo, à la fin des années 1960. A la fois amis et rivaux, ils ont en commun l’amour de la musique ; pourtant, un seul remportera le concours du  » Jeune Maestro « . Tous vont subir une terrible pression de leur entourage, mais surtout d’eux-mêmes. La Société des Jeunes Pianistes est un roman initiatique, grave et subtil, qui évoque le désir, la vie, la mort.
La Société des Jeunes Pianistes par Bjørnstad
  • L’appel de la rivière

Éprouvé par la mort de son grand amour, Anja Skoog, le jeune Aksel Vinding se met à douter de sa future carrière de pianiste. Dans le même temps, il se lance dans une relation avec Marianne Skoog, la mère d’Anja. L’Appel de la rivière est à la fois un roman sur les choix existentiels, les dilemmes moraux et un récit sur la place de l’art dans nos vies. Mais c’est surtout un magnifique roman sur la passion, le deuil et le chagrin.

L'Appel de la rivière par Bjørnstad

  • Fugue d’hiver, Éditions JC Lattès et livre de poche

Après la mort de Marianne Skoog, Aksel Vinding tente de retrouver goût à la vie. Torturé par un sentiment de culpabilité, il ne sait plus quelle voie suivre dans sa carrière de pianiste. Jusqu’au jour où il décide de couper les ponts avec tout ce qui le lie à Oslo et de partir dans la Norvège du Nord, dans l’espoir de trouver un nouveau lieu où ancrer sa vie. La rencontre avec Sigrun, la soeur de Marianne, va être déterminante. Sa présence va raviver le souvenir de Marianne, mais aussi tous les événements du passé.

Fugue d'hiver par BjørnstadFugue d'hiver par Bjørnstad

 

Sa Musique

Il étudie le piano avec Amalie Christie et le professeur Robert Riefling à Oslo et poursuit également des études musicales à Londres et Paris. À l’âge de quatorze ans il gagne le Grand concours des jeunes pianistes d’Oslo.

Il fait ses débuts avec l’orchestre philharmonique d’Oslo en janvier 1969. En 1971 il participe à l’avant-gardiste Svein Finnerud Trio et collabore avec le chanteur et auteur norvégien Ole Paus. Entre 1971 et 1973 il accompagne divers groupes de jazz et de rock.

En 1973 sort son premier album produit par Svein Erik Børja avec Jon Eberson, Arild Andersen et Jon Christensen.

sa première création musicale décrite dans « l’appel de la rivière »