Turner et la couleur À l’Hôtel de Caumont Centre d’Art AIX EN PROVENCE

Turner et la couleur

Expositions – Rétrospectives

À l’Hôtel de Caumont Centre d’Art, 3 Rue Joseph Cabassol à AIX EN PROVENCE

www.caumont-centredart.com

présente l’œuvre de Joseph Mallord William Turner (1775 – 1851), figure majeure de la peinture anglaise du XIXe siècle.

Plaçant au cœur de son parcours la couleur, essence même de la création de Turner, cette exposition invite à redécouvrir la vie et l’œuvre  de ce grand artiste sous un angle nouveau, jusqu’à présent inexploré dans les rétrospectives qui lui ont été dédiées. Dans un parcours à la fois chronologique, thématique et géographique, vous êtes invités à suivre les évolutions de la palette de Turner.

Les premières toiles et aquarelles montrent comment le jeune peintre autodidacte s’est confronté aux grands coloristes du passé, de Rembrandt à Poussin, de Titien à Claude Lorrain, avant de perfectionner une technique très personnelle grâce à l’observation aigüe des phénomènes naturels et de leurs variations chromatiques inépuisables, saisies sur le vif, en plein air. 

L’intérêt de Turner pour les théories scientifiques et philosophiques sur la couleur, de Newton à Goethe, est largement illustré dans la suite du parcours, ainsi que son emploi tout à fait avant-gardiste de pigments et techniques inédites. Ses expérimentations audacieuses ont valu à l’artiste les critiques les plus féroces de ses contemporains, mais aussi toute l’admiration des plus fins connaisseurs de l’époque. 

Une importante section du parcours, consacrée aux voyages du peintre à travers l’Europe, permet d’admirer la variété et le lyrisme de ses couchers de soleil dorés, de ses marines bleutées et des paysages éblouissants si typiques de son œuvre.

Des tons délicats qui teintent ses croquis de voyage aux tonalités puissantes qui envahissent les plus célèbres toiles de la maturité, la couleur de Turner nous dévoile ainsi, salle après salle, le visage public et privé d’un artiste controversé, d’un homme mystérieux et d’un aventurier amant de tous les défis. Vous retiendrez surtout les qualités de ce coloriste prodigieux et subtil connaisseur des effets optiques et émotifs de la couleur, dont Claude Monet aurait dit qu’il savait « peindre les yeux ouverts ». L’impact de son œuvre est en effet incontestable sur les générations d’artistes qui ont donné vie, quelques décennies plus tard, à l’impressionnisme. 

Claire Morard, peintre et Hélène Wolff, céramiste à la galerie Chappaz

 

Ces deux artistes haut-savoyardes exposent à la galerie « d’en haut », galerie Chappaz jusqu’au 10 juillet.

Claire Morard, peintre est revenue de Turin où elle vivait, il y a cinq ans. Ces grandes toiles ou papiers cherchent à retenir la lumière. C’est le travail du blanc, avec ses subtilités rendues par la poussière de marbre, de signes creusés pour donner l’essentiel de l’intime. Le noir profond, travaillé par superposition de matières comme la cendre raconte un cheminement intérieur, qui va à l’essentiel comme une force qui s’impose.

Hélène Wolff, céramiste, archéologue de formation présente ses œuvres de formes très épurées. Elle utilise des techniques ancestrales proto-historiques où le modelage de l’argile se fait manuellement sans tour ; la cuisson se fait en deux temps et la finition par polissage. Le rendu de ces pots de tailles différentes est bosselé et noir. Hélène Wolff s’attache à la matière, aux gestes plutôt qu’aux formes. Ses œuvres blanches sont, elles, émaillées. Elle se plaît à dire : « Je suis sur un chemin, nourrie par ma culture d’historienne et d’archéologue, où le dessin, la nature et la terre sont en liaison, j’avance exaltée par cette liberté d’expression. La terre a une âme, un passé. Cela donne l’énergie et l’acceptation d’un résultat improbable. »

Galerie Chappaz : 06 77 78 44 66