Les voix du Prieuré se terminent en beauté

Du 20 mai au 5 juin, 5 concerts professionnels de grande qualité et de nombreux rendez-vous conviviaux autour de la musique vocale, ont été proposés au public au Bourget-du-Lac : Église, Prieuré et espace Culturel La Traverse et pour la 1ère fois au Casino d’Aix-Les-Bains. Toute l’équipe de l’association, qui organise depuis 13 ans le festival, s’est mobilisée pour maintenir la programmation malgré l’annonce, de la part du département et de la région de baisses des subventions.

Il a fallu annuler le concert à destination du jeune public et les actions pédagogiques qui y étaient liées, programmé le 19 mai, ainsi qu’une master class ouverte à tous pour cause de réduction budgétaire.

S’il a fallu revoir complètement le programme de la Nuit du prieuré du 5 juin, le festival a pu compter néanmoins sur la présence massive du public pour cautionner le bien fondé de ses actions et de sa raison d’être.

Bernard Tétu directeur artistique du festival a alerté sur les dangers d’un tel désengagement des institutions vis-à-vis de la culture : “Alors que l’on demandait à Winston Churchill de couper dans le budget des arts pour l’effort de guerre, il a répondu : “Alors pourquoi nous battons-nous ?“. Il déplore que la culture soit toujours la 1ère ligne budgétaire sacrifiée en période de restrictions. ”en 2 ans, la subvention départementale a diminué de 30%“, explique Bernard Tétu

Une programmation toujours aussi intéressante : des voix à faire trembler les murs. Discussions, sourires, regards échangés autour d’apéros vocaux dans un cloître du XIème siècle. C’est autour d’un verre que le festival des Voix du Prieuré a amorcé sa 13ième édition composée d’« éclats de voix » d’artistes.  Des ateliers sont organisés, des randonnées musicales, un bal avec le quadrille Elsa avec cette philosophie de l’interaction entre public au sens large et voix professionnelles. Le festival a débuté par la voix chaude de la mezzo et des violoncelles, puis les voix électriques et éclatées des SLIX’C, voix d’enfants de Pablo #2, spectacle jeune public avec « Brin d’air », cabaret vocal, ensemble voix de la terre de A Filetta, spectacle emblématique du chant corse.

Pour terminer le festival, le quintet polyphonique a capella Têtes de Chien réveille les mots du terroir et de la vieille chanson française. Avec ce concert La Marelle, il met son humour et son sens du rythme au service d’histoires de pommier, de Sainte-Vierge et vieilles légendes du quotidien.
Un festival réussi !