Salle comble pour la conférence de Susan George le 18 novembre 2015

IMG_3107

s george1

Après une minute de silence observée en hommage aux victimes des attentats, ce 18 novembre avait lieu une conférence organisée par ATTAC Savoie et les Amis de la librairie Jean-Jacques Rousseau pendant laquelle Susan George exposait les arguments contre le traité en cours de signature: Tafta.
Susan George, franco-américaine, présidente d’honneur d’Attac s’est engagée depuis longtemps dans les combats internationaux contre les effets dévastateurs de la mondialisation capitaliste. Elle est l’auteur de nombreux essais, dont le dernier « Ces ursupateurs qui nous gouvernent ».
La militante altermondialiste monte au front contre Tafta. Fin du principe de précaution, tribunaux privés… selon elle, ce traité fait peser des menaces sur la démocratie, l’écologie et le social en Europe.
Ce traité concerne des accords entre l’Europe et les Etats-Unis dont les négociations restent secrètes.
En effet, un gouvernement qui voudra légiférer sur l’alimentation, la médecine, l’environnement, le social, pourra être attaqué devant des tribunaux privés par une entreprise estimant que ses profits actuels, ou futurs, sont entamés par ces mesures.
Les multinationales américaines considèrent que nos méthodes sont anti-scientifiques. En Europe, lorsqu’on a un doute raisonnable sur la nocivité d’un produit, on applique le principe de précaution. On l’a fait pour les OGM et certains pesticides. Mais les Américains considèrent que cela nuit à la liberté du commerce.
La marche forcée vers des accords du grand « marché transatlantique » proposé par les Etats-Unis se poursuit . « Vive le poulet lavé au chlore ? Vive le le maïs transgénique ? » se demande Susan George. Elle poursuit: « c’est en informant les citoyens sur les risques que laissent planer ces accords que nous pourrons nous y opposer. »
Les membres d’ATTAC 73 précisent qu’ils ont procédé le 20 octobre 2015 à la réquisition non-violente de 2 sièges à l’agence BNP du Comte Vert à Chambéry. Cette réquisition contribue à une action de désobéissance civile, visant à réquisitionner 196 sièges d’ici la COP 21dans des banques impliquées dans l’organisation du système d’évasion fiscale. Cette action qui fait l’objet d’une procédure judiciaire servira de façon symbolique à inciter les citoyens du monde à manifester.
Susan George a répondu aux questions du public venu nombreux.